source: African history-Histoire africaine

Stele of Amanishakheto (center) from the temple of Amun in Naqa

Stele of Amanishakheto (center) from the temple of Amun in Naqa

Kandake Amanishakheto : la reine intrépide

Amanishakheto s’inscrit en lettres d’or dans la longue tradition guerrière de la Nubie (Soudan). Cette nation qui a enfanté l’Egypte pharaonique et l’a sauvé des invasions étrangères lors de la 25e dynastie de Taharqa et Shabaka, a stoppé héroïquement l’introduction des perses en Afrique en -525 avant de neutraliser les arabes au 7e siècle.

Les découvertes archéologiques permettent d’affirmer que les futurs attributs de la monarchie égyptienne existaient avant en Nubie. On peut estimer à 5700 ans la durée du royaume de Nubie, qui n’a été dissout que par la colonisation anglaise. C’est le record absolu de longévité d’un état dans l’histoire.

Lors de l’invasion de l’Egypte par les romains au tout début de l’ère chrétienne, l’empereur César Auguste au sommet de sa puissance pousse ses troupes jusqu’en Nubie. La reine Amanishakheto prend elle-même le commandement de son armée. A la tête de ses soldats, elle charge les romains et perd un œil lors d’une bataille. Loin d’être démoralisée, cet évènement redouble le courage de la Kandake (Candace) qui rejoint de nouveau le champ de bataille jusqu’à la victoire contre les romains, stupéfaits par l’intrépidité et la force de cette femme.

On note la similitude entre Kandake et un des noms porté par les souverains du Songhaï, Kanda. « Amani » contenu dans le nom de la reine est le nom du Dieu Amon, qui est le Dieu unique de l’Afrique noire. L’héroïsme d’Amanishakheto a été tel que toutes les reines qui l’ont suivi ont porté le titre de Kandake et sa légende est resté vivace pendant toute l’antiquité.

SOURCE: L’unité culturelle de l’Afrique noire, Cheikh Anta Diop, page 54.

 

Retour à l'accueil