Le monde leur doit une réparation historique.

"Dans mon enfance, personne ne m’a jamais parlé de l’esclavage. Mes parents avaient honte de cette période de leur histoire. Ils estimaient, comme beaucoup d’Antillais de leur époque, que leurs ancêtres avaient mérité d’être des esclaves à cause de leur inculture et de leur « sauvagerie ». L’éducation occidentale avait fait d’eux des aliénés et ils pensaient vraiment que leurs parents étaient des barbares. Cette vision a depuis été abandonnée. Les Africains comme les Antillais sont de plus en plus nombreux aujourd’hui à reconnaître qu’un inqualifiable crime a été perpétré à leur égard et que le monde leur doit une réparation historique."
Maryse Condé - Intellectuelle Guadeloupéenne

Retour à l'accueil