HYMNE À DIEU EN LANGUE FANG

HYMNE À DIEU EN LANGUE FANG (CAMEROUN-GABON-GUINÉE EQUATORIALE-CONGO BRAZZA-SAO TOMEE)

Eyô e nye a ne ayô
[Eyo (Dieu) c’est lui qui est au dessus (de toutes choses)]

Eyô e nye a ne ozang
[Eyô, c’est lui qui est au centre (de toutes choses)]

Eyô e nye ang’ayo
[Eyô, c’est lui qui a vomi (toutes choses – fait sortir de lui-même toutes les choses)]

Eyô âng’ayô a ne viô
[Eyô s’est alors multiplié comme les champignons]

Eyô â ng’ayô biom bise biyola
[Eyô donna le nom à toutes les choses]

Eyô â ne dzom’ase été
[Eyô est dans toute chose]

Dzom’ase éne Eyô été
[toute chose est dans Eyô]

Eyô e nye a-ve
[Eyô c'est lui qui donne (c'est Eyô qui donne)]

Eyô e nye a-avê
[Eyo, c’est lui qui retire]

Eyô e nye â-adzo
[Eyô, c’est lui qui parle (Eyo c’est le verbe)]

Eyô e nye a-abo
[Eyô, c’est lui qui agit]

Eyô a tâ mvo esé
[Eyo voit toute ruse]

Eyô nyine ayuigne, ayuih !
[Eyô, s’il décide de tuer, il tue (il anéantit)]

Eyô nyine anhihi, a-niih !
[Eyô, s’il décide de sauver, il sauve (il fait vivre)]

Eyô a’abô a ne a’nyegue
[Eyô agit selon sa volonté ((selon son bon plaisir)]

Dzom’ adzomo : aucune chose
Mor’a moro : aucun humain
Nsissim’a nsissim : aucun esprit

B’eyavem a ne Eyô ané
[On ne peut savoir comment Eyô est]

Eyo a nye ané
[Eyô c’est lui qui est (c’est Eyô qui est)]

Source : Le Mvett, l’homme, la mort et l’immortalité, Tsira Ndong Ndoutoume, page 22 et 23

Source image : voyage profond au Cameroun du 19e siècle

Retour à l'accueil