La Chine une afrophobie évidente et decomplexée

" Bien sûr que le racisme existe en Chine et je sens qu'il se développe ", explique Nicole Bonnah. Sur son blog, elle s'insurge contre cette caricature d'homme africain, représenté comme un prédateur sexuel et déshumanisé. " Il n'est rien d'autre qu'une saleté qui doit être lavé pour plus de propreté et de pureté afin d'incarner la beauté véritable. "

Après avoir mis en cause les médias occidentaux pour leur trop grande " susceptibilité " aux questions raciales, l'entreprise à l'origine de cette publicité a dû rétropédaler et présenter des excuses. " Pour le tort causé aux Africains en raison de la propagation de cette publicité et de l'écho qu'elle a trouvé dans les médias, nous présentons nos excuses ", a écrit la société chinoise dans un communiqué publié sur le réseau social Weibo.

" Il y a une afrophobie évidente dans de nombreuses régions du pays ", explique la jeune femme qui se demande surtout comment un acteur de couleur a pu se prêter à une telle caricature. Selon nos informations, il s'agit d'un jeune étudiant Nigérian à qui on a proposé une centaine d'euros pour monter dans cette machine à laver. Le malheureux ne savait rien du scénario. Aujourd'hui il a dû quitter la Chine. " Il déprime. Il est attaqué par toute la communauté africaine. Nous disons aux Africains : il ne faut pas participer à ce genre de films ! ", nous explique Jilles Djon, directeur de la chambre de commerce africaine à Shanghai." Il y a en Chine un racisme décomplexé "

" On est passé du Chinois frère, au Chinois maître ", conclut le directeur de la chambre de commerce. " Cette publicité montre une facette négative de la Chine, estime également Frédéric Raillard, cofondateur de l'agence de publicité Fred & Farid installé depuis trois ans à Shanghai. Le rapport au racisme n'est pas le même qu'en Occident. Il y a en Chine un racisme décomplexé. Mais là nous avons surtout à faire à une entreprise qui ne maîtrise pas du tout la communication et la publicité. C'est un travail d'amateur. C'est de la bêtise ", explique-t-il.

Dans ce pays où plus de 90 % des habitants sont d'ethnie han, parler de races n'est pas chose taboue. " C'est même normal, explique un jeune Chinois. Nous n'avons jamais colonisé l'Afrique et nous ne sommes pas responsables de l'esclavage des Africains. "

Mais si les Blancs sont appelés en Chine " Lao wai " (??), c'est-à-dire " étranger ", les Noirs sont appelés " Lao hei " (??). Le caractère ? signifiant à la fois " noir " et " sale ". Dans certaines régions, ils sont méchamment surnommés " Hei gui " (??) ce qui signifie " monstre noir " en mandarin.

Retour à l'accueil