LA CONCEPTION DE DIEU DANS LA TRADITION AFRICAINE

Du fait de la colonisation politique, culturelle et spirituelle de l’Afrique, beaucoup d’Africains ont une image erronée et fausse de la spiritualité ou des spiritualités africaines. Nombreux sont convaincus que leurs ancêtres ignoraient l’existence d’un Architecte ou d’un Dieu unique à l’origine de notre univers. Aussi, dit-on avec dédain que les Africains étaient animistes, qu’ils croyaient aux esprits des arbres etc. Et pourtant, aujourd’hui, plusieurs scientifiques occidentaux, tel que le biologiste Rupert Sheldrake, prônent une vision animiste de la nature.

LE DIEU TOUT-PUISSANT, QUI EST LE DIEU DES dieux des dieux EST TOUT EN TOUT. Chaque arbre, chaque lame d’herbe, chaque caillou que tu vois là-dehors, chaque chose qui vit, que ce soient des Hommes ou des animaux font tous partie de Dieu, tout comme chacun des cheveux sur ta tête, chaque puce sur ta tête et chaque goutte de ton sang fait partie de toi. Le soleil est une partie de Dieu, la lune est une partie de Dieu et chacune des étoiles est une partie infinitésimale de Lui qui Est et qui n’est pas encore, Lui qui était et à présent n’était pas encore, et Lui qui sera et à présent n’a pas encore été; parce-qu’il n’y a jamais eu de temps où Dieu n’a pas existé et il n’y aura jamais de temps où Dieu n’existera pas.«

Extrait du Livre de Credo Mutwa, Indaba my Children P. 561 au cours de l’enseignement qu’il reçut de ses parrains et marraines lors de son Initiation en tant que Shaman ( guérisseur traditionnel)*

Credo Mutwa est ce qu’on nomme en Occident un Shaman et dans ma langue, le lingala, un Nganga. Dans son livre My people, il nous explique ceci à propos du Nganga :

«Les Bantous savaient depuis très longtemps que la lune n’émet pas sa propre lumière, mais reflète celle du soleil. C’est la raison pour laquelle un guérisseur traditionnel est appelé Nyanga ou alors Nganga, le même nom donné à la lune, parce-qu’il reçoit l’illumination/la lumière des ancêtres et les reflète sur les gens. La lune a aussi toujours été notre symbole de l’amour.»(1)

Il est très difficile sinon impossible de traduire les concepts africains en français. Par exemple, le terme Nganga ne peut être traduit en français, il n’existe pas d’équivalent et par commodité de langage on dit Shaman ou un médecin traditionnel. L’anthropologue et jésuite Eric de Rosny, auteur de l’ouvrage Les yeux de ma chèvre publié en 1981 , qui a été initié par un Nganga du Cameroun, reconnaissait déjà la difficulté de présenter, de définir le Nganga en langue française.
Malheureusement, les ouvrages de Credo Mutwa ne sont pas encore traduits en français, mais de temps en temps un âme-i traduit certains passages et les partage sur Facebook. Merci ndeko Zap D Bright*

Ubuntu

Beni Kongo

SOURCE: http://koyeba.blogspot.fr/2015/03/la-conception-africaine-de-dieu-par.html

Retour à l'accueil