Le roi Ibrahim Njoya
Le roi Ibrahim Njoya

Le roi Ibrahim Njoya

Le roi Njoya avec son fils et sa fille aînée devant le palais. Cameroun.

Le roi Njoya avec son fils et sa fille aînée devant le palais. Cameroun.



IBRAHIM NJOYA était le 17ème roi des Bamum, un groupe ethnique dont le peuple habite encore les prairies de l'ouest du Cameroun. Il fut roi de 1889 jusqu'à sa mort en 1933, comme le montre la liste des dirigeants dont les règnes remontent au 14ème siècle. Il régnait à l'époque ou les Français et les Allemands tentaient de coloniser la région.

Dès sa jeunesse, Njoya se montra très intelligent et intuitif, et il sut s'entourer d'intellectuels et d'innovateurs qui partageaient sa vision. Le magnifique palais qu'il a construit, vu sur la photo ci-dessous, témoigne de son expertise en architecture. Il fut aussi l'inventeur d'un moulin à broyer le maïs, comme on le voit ici. Il fut surtout à l'origine un nouveau système d'écriture de la langue Bamum.

À la fin du 19ème siècle, l'histoire du peuple Bamum était préservée principalement par transmission orale d'une génération à l'autre. Njoya reconnut le danger que les détails soient omis ou ajoutés. Il savait lire et écrire en arabe grâce aux commerçants arabes qui traversaient son royaume, et probablement aussi de l'écriture Vai qui à l'époque était employé partout dans la région des prairies. Il entreprit donc de développer un système d'écriture de sa propre langue.



 

La prmière version du système d'écriture de Roi Ibrahim Njoya (1897)

La prmière version du système d'écriture de Roi Ibrahim Njoya (1897)

Un calendrier de 1897 par Ibrahim Njoya

Un calendrier de 1897 par Ibrahim Njoya

Njoya commença  d'abord avec plusieurs centaines de signes, principalement des pictogrammes et des idéogrammes. Ce système obligeait ses sujets à mémoriser ce que chaque signe signifiait. Au fil des ans, avec l'aide de ses courtisans de confiance, il simplifia le système. Ils diminuèrent le nombre de signes en utilisant un système de syllabes, réduisant ainsi le nombre de lettres et de son correspondant à mémorisé. Quand Njoya finit, son nouveau système d'écriture, appelé A-ka-u-ku, il comptait 70 lettres.

Njoya encourageait l'utilisation de l'écriture Bamum, et exigeait qu'il soit enseigné dans les écoles et employé à tous les niveaux dans son gouvernement. Il dirigea lui même l'écriture de histoire impressionnante de sa dynastie et de son pays avec son nouveau système d'écriture. Ainsi, pour la première fois, le peuple Bamum pouvaient lire leurs traditions, les lois, et les coutumes. Njoya avait même des recettes pharmaceutiques rédiger dans le nouvel alphabet Bamum. Plus de 8 000 de ces documents originaux sont encore conservés dans les archives du palais.

Pendant la Première Guerre mondiale (1914-18), l'Allemagne perdu le contrôle du royaume de Njoya. Finalement, la nouvelle Ligue des Nations transféra le territoire de Bamum à la France. Bien que Njoya fut ouvert à de nouvelles idées, il était fier de son héritage, il voulait désespérément préserver et développer la culture de son peuple. Ce qui signifiait s'opposer inévitablement à la domination coloniale française sur son royaume. Il eut le même sort que les colons réservaient à tout ceux ne faisaient pas preuve de loyauté. Il fut défait en 1931 par les Français,et contraint à l'exil ou il mourut  deux ans plus tard.


 

Détail du syllabaire par le roi Ibrahim Njoya, souverain du Bamum (Cameroun, 1880-1931)

Détail du syllabaire par le roi Ibrahim Njoya, souverain du Bamum (Cameroun, 1880-1931)

Voyelles du système d'écriture Bamum

Voyelles du système d'écriture Bamum

L'envahisseur français interdit l'utilisation de l'écriture Bamum dans les écoles et sans Njoya , il tomba vite en désuétude et fut oublié par la majorité du peuple Bamum. Lorsque les missionnaires chrétiens arrivèrent au Cameroun, ils étudièrent la langue parlée par le population Bamum et préparèrent une grammaire pour l'école. Contrairement à Njoya, ils empruntèrent la plupart des signes à l'alphabet romain.

Récemment, des efforts ont été faits pour relancer l'utilisation de l'écriture Bamum. Le sultan actuel, Ibrahim Mbombo Njoya, a ouvert une école dans le palais que son grand-père avait construit, les écoliers y apprennent le système d'écriture de leur ancêtres, pour qu'il ne retombe pas dans l'oubli encore une fois.

Le roi Ibrahim Njoya, souverain du Bamum (Cameroun, 1880-1931) l'inventeur de l'écriture Bamum, entouré par d'autres rois.

Le roi Ibrahim Njoya, souverain du Bamum (Cameroun, 1880-1931) l'inventeur de l'écriture Bamum, entouré par d'autres rois.

Palais construit par le roi Ibrahim Njoya en 1917 transformé en école par son petit-fils, Ibrahim Mbombo Njoya, actuel sultan du Cameroun et dernier souverain de la dynastie Bamum.

Palais construit par le roi Ibrahim Njoya en 1917 transformé en école par son petit-fils, Ibrahim Mbombo Njoya, actuel sultan du Cameroun et dernier souverain de la dynastie Bamum.

Retour à l'accueil