Néo-colonialisme, la dernière étape de l'impérialisme!

«Afin d'arrêter l'ingérence étrangère dans les affaires des pays en développement, il est nécessaire d'étudier, de comprendre, d'exposer et de combattre activement le néo-colonialisme sous quelque forme que ce soit. Car les méthodes des néo-colonialistes sont subtiles et variées. Ils opèrent non seulement dans le domaine économique, mais aussi dans les sphères politique, religieuse, idéologique et culturelle.

    
Face aux peuples militants des ex-territoires coloniaux d'Asie, d'Afrique, des Caraïbes et d'Amérique latine, l'impérialisme se contente de changer de tactique. Sans scrupules, il se défait de ses drapeaux, et même de certains de ses fonctionnaires expatriés les plus haïs. Cela signifie, selon elle, qu'il «donne» l'indépendance à ses anciens sujets, suivi par une «aide» à leur développement. Sous couvert de ces phrases, cependant, il innove d'innombrables moyens d'atteindre les objectifs autrefois atteints par le colonialisme nu. C'est cette somme totale de ces tentatives modernes de perpétuer le colonialisme tout en parlant de «liberté», qui est devenu le néo-colonialisme ».

   
Kwame Nkrumah, néo-colonialisme, la dernière étape de l'impérialisme 1965

Retour à l'accueil