Angelo Soliman (vers 1721-1796) Une vie exceptionnelle, une mort ignominieuse

Angelo Soliman (vers 1721-1796)

Un homme d'une intelligence remarquable, intelligence qui lui a permit de vivre en homme libre dans la haute société.
Il parlait six langues couramment et savait  en écrire parfaitement trois.

Il était aussi un maître d'épée, un héros de guerre, un bon joueur d'échecs, un expert en navigation, un compositeur de concerts et un précepteur de la royauté.
 
Il pourrait être l'inspirateur de l'opéra populaire de Mozart La flûte enchantée.
 
Soliman était considéré comme l'un des plus brillants hommes de sa génération.

 
Angelo Soliman est né en Afrique en 1720/21
soit à Wandala ou Mandara, du peuple Kanouri un groupe ethnique musulman dans les collines de Mandara au nord du Cameroun mais aussi dans l'état de Bornu au Nigeria. Son nom originel est Mmadi Make, et serait d'une classe princière dans l'état de Sokoto au Nigeria moderne. Vers l'âge de 7 ans, il est capturé et arrive à Marseille comme esclave. Il est transféré à la maison d'une marquise à Messine qui se charge de son éducation. Par affectation pour une autre servante dans la maison, Angelina, il adopte le nom d'Angelo et choisit de célébrer son anniversaire le 11 septembre, le jour de baptême. Après des demandes répétées, il est donné en cadeau en 1734 au prince Georg Christian, Fürst von Lobkowitz, le gouverneur impérial de la Sicile. Il devient le valet de chambre et le compagnon de voyage du prince, le suivant jusque dans des campagnes militaires en Europe et lui sauve la vie une fois. Un événement marquant qui permettra son ascension sociale. Après la mort du prince Lobkowitz, Soliman est affecté à Vienne à la maison de Joseph Wenzel Ier, prince de Liechtenstein, dont il finit par devenir le principal serviteur. Plus tard, il deviendra tuteur royal du prince héritier, Aloys I.


 
Un homme cultivé, Soliman est très respecté dans le cercle des intellectuels de Vienne et un ami apprécié de l'empereur autrichien Joseph II et le comte Franz Moritz von Lacy. En 1783, il rejoint la loge maçonnique «True Harmony», qui compte plusieurs artistes et érudits influents de Vienne, parmi lesquels les musiciens Wolfgang Amadeus Mozart et Josef Haydn ainsi que le poète hongrois Ferenc Kazinczy. Les registres de la loge indiquent que Soliman et Mozart se sont rencontrés à plusieurs reprises. Il est probable que le personnage Bassa Selim dans l'opéra de Mozart l'abbduction du Seraglio soit basé sur le personnage de Soliman. Il deviendra finalement le Grand Maître de cette loge, Soliman aidera au changement de son rituel pour inclure des éléments savants. Cette nouvelle direction maçonnique a rapidement influencé la pratique maçonnique dans toute l'Europe.

 Alors qu'Angelo était cultivé et toujours habillé à la dernière mode européennes de son vivant, la mort ne sera pas tendre avec lui. L'empereur François II, arrive au pouvoir en 1792, Angelo meurt en 1796, alors qu'il flânait dans les rues de Vienne. Son corps est emmené dans un laboratoire anatomique où il est dépouillé, et désossé. Ses organes internes furent alors enterrés. Sa peau est donnée au sculpteur Franz Thaller qui l'a tendu sur un modèle en bois. L'empereur habilla de ce qu'il croyait être un vêtement africain et le garda dans son cabinet de curiosité, une salle de "curio". Finalement, Soliman fut ajouté à une exposition sur l'Afrique avec une petite fille, quelques animaux, et un ex-gardien de zoo qui était aussi africain. L'exposition fut détruit en 1848 par une bombe qui visait des émeutiers, le bâtiment fut heureusement brûlé et mit fin à des années d'humiliation. Une fin qui reflète la profonde ambivalence envers les non-blancs.
ANGELO SOLIMAN est probablement mieux connu dans l'incarnation fictive d'un serviteur africain en disgrâce dans "The Man Without Qualities", roman de Robert Musil sur la fin de la monarchie autrichienne. Le vrai Soliman évoluait dans la haute société Viennoise. Son l'ignominie vint après la mort.
   

Angelo Soliman (vers 1721-1796) Une vie exceptionnelle, une mort ignominieuse
Retour à l'accueil