Nzinga du Ndongo et du Matamba	(1583-1663)

Au XVIe siècle, la position portugaise dans la razzia négrière était menacée par l'Angleterre et la France. Par conséquent, les Portugais transférèrent leurs activités de commerce d'esclaves au Congo et au Sud-Ouest africain. Confondant le titre du souverain (ngola) et le nom du pays, les Portugais appelaient la terre du peuple Mbundu Angola, le nom par lequel il est encore connu aujourd'hui. Ici, les Portugais rencontrèrent la brillante et courageuse reine Nzinga, décidée à ne jamais accepter la conquête portugaise de son pays. Femme d'État exceptionnelle et stratège militaire, elle harcela les Portugais jusqu'à sa mort, à l'âge de quatre-vingts ans.

La reine Nzinga (Nzinga Mbande), monarque du peuple Mbundu, était une dirigeante résistante qui lutta contre les Portugais et leur expansion du commerce des esclaves en Afrique centrale.

À la fin du XVIe siècle, les Français et les Anglais menaçaient le monopole portugais sur les sources d'esclaves le long de la côte ouest-africaine, le forçant à chercher de nouvelles zones d'exploitation. En 1580, ils avaient déjà établi une relation commerciale avec Afonso I roi du Congo voisin. Ils se tournèrent ensuite vers l'Angola, au sud du Congo.

Les Portugais établirent un fort à Luanda en 1617, empiétant sur la terre de Mbundu. En 1622, ils invitèrent Ngola (Le roi) Mbande à participer à une conférence de paix, pour mettre fin aux hostilités avec le Mbundu. Mbande envoya sa sœur, Nzinga, pour le représenté auprès du gouverneur portugais Joao Corria de Sousa. Nzinga était au courant de sa position diplomatiquement maladroite. Elle était au courant de ce qui s'était passé au Congo. Elle savait que refuser de commercer avec le portugais les priverait d'un allié potentiel et la principale source d'armes à feu.

A la première d'une série de réunions, Nzinga voulu à traiter d'égal à égal avec le représentant de la couronne Portugaise. Voyant que la seule chaise disponible dans la salle appartenait au gouverneur Corria, elle fit immédiatement signe à une de ses assistantes qui tomba sur ses genoux et servit de chaise pour Nzinga durant toute la réunion.

En dépit de cet incident, Nzinga chercha à ménager les Portugais. Elle se convertit au christianisme et adopta le nom de Dona Anna de Souza. Elle fut baptisée en l'honneur de la femme du gouverneur, qui devint aussi sa marraine. Peu de temps après, Nzinga exhorta Ngola Mbande, réticent, à ordonner la conversion de son peuple au christianisme.

En 1626 Nzinga est devenue reine du Mbundu quand son frère se suicida face à la hausse des demandes portugaises en  concessions et en esclave. Nzinga, cependant, refusa de leur permettre de contrôler sa nation. En 1627, après avoir formé des alliances avec d'anciens États rivaux, elle dirigea son armée contre les Portugais, initiant une guerre de trente ans contre eux. Elle exploita la rivalité européenne en forgeant une alliance avec les Hollandais qui ont conquis Luanda en 1641.
Avec son aide, Nzinga défait l'armée portugaise en 1647. Lorsque les Hollandais furent à leur tour défait par les Portugais l'année suivante, et se soient retirés de l'Afrique centrale, Nzinga Continua la lutte contre les Portugais. A 60 ans elle dirigeait toujours personnellement les troupes dans la bataille. Elle orchestrait des attaques de guérilla contre les Portugais qui perdureront longtemps après sa mort et inspireront la résistance armée du XXe siècle, qui finalement furent couronnées de succès, contre les Portugais ce qui aboutira à l'indépendance de l'Angola en 1975.

Malgré les tentatives répétées des Portugais et de leurs alliés de capturer ou tuer la reine Nzinga, elle mourut paisiblement à l'âge 80 ans  le 17 décembre 1663.

Source: http://www.blackpast.org/gah/queen-nzinga-1583-1663

Wikipedia

Site Reines et héroines d'Afrique

Retour à l'accueil